[Tutoriel] Une méthode pour peindre le jaune.

Comme je l’avais annoncé ici, j’ai décidé de partager la technique que j’utilise pour peindre le jaune. Le traitement de cette couleur n’est pas forcément plus compliqué qu’une autre,  mais j’ai jugé bon de présenter ma manière de procéder. Le challenge est d’éviter une couleur trop pâle ou trop terne.

Je part sur un jaune neutre, le foundation GW en l’occurrence, que je dilue à environ 50 %. Comme cette peinture  a la particularité d’accrocher rapidement à la sous couche, seulement deux passages suffiront. Pour information, je n’utilise pas souvent la gamme Foundation (je déconseille fortement le Mechrite Red en passant ), mais certaines teintes sont vraiment très efficaces.

J’ajoute ensuite du jaune plus clair que je mélange au Foundation, je veille à ce que la teinte obtenue ne tranche pas trop avec la précédente. Partir avec une couleur plus clair compliquerait le dégradé, qui manquerait alors d’étapes intermédiaires. C’est dès ce moment que je travaille en glacis, c’est à dire avec une peinture extrêmement diluée (c’est presque comme si je peignais avec de l’eau !). Je recouvre quasiment toute la surface tout en laissant apparaître le jaune plus terne aux endroits qui reçoivent le moins de lumière. C’est ce qu’on appelle l’éclaircissement, on cherche en fait à mettre en valeur son personnage en accentuant les contrastes. Il faut être patient et ne pas vouloir aller trop vite.

Je poursuis mon dégradé en mélangeant progressivement mes deux jaunes.

J’entame désormais des éclaircissements plus intensifs en ajoutant du blanc en petite quantité à mon mélange.

J’ajoute progressivement du blanc au mélange, toujours en faisant attention à ne pas partir sur une teinte trop clair.

On reste patient et on ajoute une petite pointe de blanc, et on en profite pour diluer sa peinture si l’ensemble commence à sécher.

À ce stade, on a une peinture propre mais assez peu contrastée. La suite va consister à ombrer ce jaune avec des bruns. Je commence avec un glacis de Snakebite Leather, cette couleur est assez proche du jaune et me permettra de travailler tout en douceur. J’enchaîne ensuite avec un glacis de Bestial Brown. Le nombre de passages va dépendre de la dilution de la peinture, et il est préférable d’y passer du temps au lieu de se précipiter.

On passe à un brun plus foncé, j’utilise personnellement du Scorched Brown, incontestablement l’une des meilleurs peintures du marché.

Les contrastes commencent à se définir mais il faut maintenant enrichir son jaune en le nuançant légèrement. J’emploie du Blood Red GW.

Je reprends quelques éclaircissements pour renforcer les contrastes. Il faut garder à l’esprit que c’est en travaillant avec de la peinture diluée que l’on soignera son dégradé.

Pour ne pas voir son jaune devenir brun, je rehausse mes teintes avec un glacis d’un jaune lumineux.

Comme les contrastes sont restés timides, je reviens sur les ombres.

Et je reprends quelques lumières.

L’étape suivant consiste à souligner les arrêtes, pour cela j’ajoute une grosse proportion de blanc à mon jaune puis je me munie d’un pinceau très fin. Sur la photo ci dessous, tu peut voir à ta gauche me pinceau que j’ai utilisé jusqu’à présent, puis à ta droite celui qui va me servir.

Viens enfin l’étape que je préfère, celle où je travaille dans le frais. Je dispose toutes les couleurs que je vais utiliser sur mon support avant de les juxtapose sur ma figurine qui va alors me servir de palette. Après m’être amusé avec les jaunes et les bruns, j’applique du rouge vers les ombres et du vert au niveau des éclaircissements avant de les fondre entre eux. Je multiplie les étapes jusqu’à obtenir le rendu désiré tout en profitant de l’opération pour atténuer les arrêtes. J’ai employé le pinceau situé à gauche sur la photo visible quelques centimètres au dessus. C’est amusant à faire mais il faut savoir se limiter, on a vite fait de perdre tout le travail précédemment réalisé à force de passer des glacis qui, en plus de faire disparaître les lumières, viendront ternir la couleur. le juste milieu n’est franchement pas facile à trouver mais c’est de toute façon en s’entraînant que l’on finira par y arriver !


Il ne reste plus qu’à souligner de nouveau les arrêtes en se munissant de son pinceau détail fin.

La réussite de ce jaune tiendra avant tout de la patiente dont tu feras preuve dans l’exécution du dégradé, mais aussi de son enrichissement via divers teintes colorées. Pour fondre et enrichir sa couleur, les glacis de verts sont d’une utilité redoutable, et je conseil l’emploi du Catachan et du Goblin Green GW, deux couleurs que j’utilise régulièrement pour adoucir mes contrastes. Cette méthode n’en est qu’une parmi tant d’autres, sans doute pas là meilleure, mais celle que j’ai pris plaisir à expérimenter avec mes dernières pièces.

Tags: ,

About Cyril Tuloup

A lancé le site en février 2011, aime depuis toujours les figurines et les montagnes. Nourri par la Nature, l'art et l'alpinisme, Un monde de petits bonshommes partage les joies de la création et de l'aventure.