[Edito] De l’évolution du design des Orks

J’aime les orks, j’aime ces gros gaillards puants et malpolis. Qui n’a d’ailleurs jamais été pris d’affection pour ces écervelés armées jusqu’aux dents ? Personne, tu peut me croire. Plutôt que de parler de toutes les espèces existantes, restons sur la conception qu’en a le pilier Games Workshop. Je veut parler des peaux vertes de l’univers de Warhammer 40000, les durs à cuirs équipés de flings’ et de kikoups. Les premières figurines étaient de petits bonshommes pas très grands et pas très costauds, mais par la suite, nos monstres préférés ont radicalement changés de look et sont devenus de grosses bestioles plus grandes qu’un Space Marine.

Et pourquoi en parlerai-je, moi qui m’intéresse si peu au jeu ? Parce que je suis déçu  de la tournure que certains ont pris en terme d’esthétique. Quand j’ai  commencé, il y avait relativement peu de choix, mais les blisters nous garantissaient de très belles figurines sculptées de main de maître par Brian Nelson. Lorsqu’un nouveau codex a été réédité, les superbes Nobz en metal se sont vus remplacés par d’autres en plastiques. Le design s’est quelque peu modifié, notamment pour ce qui est de la représentation de la musculature et des visages. Alors qu’auparavant, nos figurines collaient terriblement bien aux illustrations de la marque, les nouveaux ont imposés des traits particulièrement prononcés et des visages moins expressifs.

Bref, j’ai regretté et regrette toujours les pièces qui m’avaient conduites à collectionner cette armée. Il en va de même pour les Gretchins, jumeaux des gobelins et chairs à canon sur les champs de bataille. Les anciennes versions, détaillées et mises en valeur par des poses dynamiques, ont disparues des rayons pour laisser place à de nouveaux monoblocs en plastiques. Attention, je ne dénigre pas toutes les nouveautés récemment sorties, le chariot de guerre est   d’ailleurs une pure merveille, mais je voulais d’une part, à travers cet exemple, te   faire réfléchir sur l’évolution du design de la gamme Games Workshop (qui n’est pas    forcément un mal), et d’autre part, inciter le nouveau joueur de cette armée à se tourner vers les anciennes références.

Pour avoir peins quelques uns  des nouveaux modèles, notamment ceux de Black Reach, j’ai senti que quelque chose avait changé. En posant mes lumières sur les visages, j’avais l’impression de peindre des arrêtes, et les bras étaient moins amusants à peindre, les biceps ressemblant plutôt à des petites boules… Les plis des vêtements sont également devenus plus grossiers.

Voilà de quoi faire une petite comparaison.

Si tu partages ou non ce ressentis, n’hésite pas à me le faire savoir en écrivant tes impressions par ici.

Tags: ,

About Cyril Tuloup

A lancé le site en février 2011, aime depuis toujours les figurines et les montagnes. Nourri par la Nature, l'art et l'alpinisme, Un monde de petits bonshommes partage les joies de la création et de l'aventure.