[Edito] L’esthétique des Guerriers du Chaos

Salut à tous, aujourd’hui je vais vous parler de l’esthétique des Guerriers du Chaos. Jouant cette armée, je me suis dit que cela pouvait être plutôt amusant.

Ben non en fait, car en y réfléchissant bien, comment parler d’esthétique quand justement on parle de Chaos, la tâche est finalement très difficile. Mais je vais faire de mon mieux pour vous présenter ces charmants petits gugusses souvent très violent et pas beaux du tout.

Une chose avant de commencer : Jouant Guerriers du Chaos, je peux présenter mes figouz mais n’attendez pas de jolie peinture car j’ai uniquement monté mes guerriers.

Toutes les figurines présentées ne sont pas non plus toutes de ma collection. N’oubliez pas de cliquer sur les images pour les agrandir.

Introduction :

Je vais y aller pas à pas, sujet très large oblige.

Donc commençons tranquillement avec quelques photos de figurines GW :

Années 80 :

Années 90 :

Années 2000 :

Un tout premier constat : une très grosse évolution chez le plus grand fabricant de figurines.

On peut faire une mini synthèse, valable pour l’ensemble de leurs armées :

  • Années 80 : Début du jeu, figurines pas toujours très esthétiques, très peu de détails.
  • Années 90 : Warhammer approche des 10 ans, beaucoup de pays s’y intéressent, nombreux sont les joueurs, et surtout pas mal d’évènements (concours de peinture, tournois…) qui vont faire que les figurines doivent être de plus en plus appréciées. On voit donc apparaître des poses moins fixes et davantage de détails. Mais elles restent un peu grossière avec beaucoup de Fun (je vais en reparler).
  • Années 2000 : Le succès continu, tous les âges sont touchés, encore plus de pays s’y mettent et on voit alors des figurines très vivantes, relativement fines, soignées, avec de plus en plus de détails et de réalisme.

L’esthétique :

Pour voir cette évolution, penchons nous sur une figurine en particulier : Le chevaliers du Chaos.

J’ai moi-même 3 figurines différentes de chevaliers, la plupart en plastique. Dès que l’on aligne les différentes versions du même nous voyons bien la différence de style et l’évolution.

Dans l’ordre : chevalier de « seigneur de guerre », chevalier de la V5 de Battle, dernier chevalier en date V7 de Battle.

De plus en plus de travail sur les détails, les postures… nous voyons aussi une évolution sur les matériaux : 1er en plastique mono bloc, la seconde toujours du mono bloc mais le cavalier est en métal (meilleure finition), le dernier tout en plastique en une dizaine de pièces (plus de mobilité, moins de coûts).

Depuis quelques années GW travaille beaucoup sur le plastique, plus facile, moins cher, moins lourd et ayant fait d’énormes progrès de finition, ça reste tout aussi beau que les nouvelles figurines métal et il y a moins de défauts que sur leur Finecast.

Le « fun » :

C’est un point très subjectif. Déjà j’entends quoi par « fun » ?

Tout simplement c’est comme si la figurine te dit « je sors de l’ordinaire » ou « Battle est un jeu où on doit s’amuser donc je le montre » ou encore « qu’est-ce qu’elle a ma gueule ? ».

Toujours pareil, prenons un exemple : les Sorciers.

Je pense que cela représente bien ce que je disais.

Analysons ces 3 sorciers de Tzeench ;

  • Le 1er (années 90) :  Très fun, tête de lune, collerette, le plus avec un familier de même type.
  • Le 2ème (celui tout à droite – 2000) :  Très humain, plus fin il n’a finalement pas de trait particulier
  • Le 3ème ( collector – 2005 (environ)) : Visage beaucoup plus sérieux, très stylisé.

Résultat : Si dans les années 90 les figurines devenaient plus détaillées, elle avaient aussi un côté jeu, pas toujours prise de tête ni trop sérieux. Avec le temps, les clients attendaient de belles figurines, plus stylisées, plus fines et du coup on perds le côté Fun.

Petite parenthèse : À voir aussi l’évolution des horreurs par exemple, et l’on constate en plus que les années 2010 vont vers un retour aux années 90 (figurines style « oldies » et règles.)

Conclusion :

De nos jours, le monde de la figurines est en constante évolution.

De ce fait chez les Guerriers du chaos, même si nous trouvons beaucoup de différences entre les versions, le tout peut rester agréable à voir dans son ensemble.

Tout type de personne peut s’y retrouver car même avec des style différents, toutes les figurines du chaos sont cohérentes du fait que ça soit le chaos.

Du coup on trouve plusieurs type de joueurs, : Les « oldies », nostalgiques des débuts de GW et des années 90, souvent de grands collectionneurs, les « newbies » qui recherchent plus le détail et le réalisme, et ceux qui sont partout en même temps, qui mélangent les styles nostalgique mais qui apprécient les figurines très détaillées.

Autres fabricants :

Je ne suis pas un grand spécialiste des concurrents de GW mais il faut reconnaître que certains font de superbes figurines. Petit tour d’horizon.

  • Avatars of War :  Des nains, des Orques et du Chaos, leur catalogue est de plus en plus fourni. La qualité est toujours au rendez-vous-même si souvent ils se rapprochent dangereusement du style de GW.

  •  Maelstrom Games et leurs grosses bestioles nous en mettent plein la vue. Ils ne font que quelques rares Guerriers du Chaos mais cela reste du très gros calibre.

  • Enigma aussi nous habitue à des figurines de grande qualité, très détaillées et en plus ils ont un très gros catalogue.

  • Gamezone, dernier fabricant et pas l’un des moindre au vu de la quantité. Beaucoup de figurines diverse chez le chaos, notamment un char du Chaos (assez rare pour être précisé). Gamezone lui reste par contre sur un style assez vieillot niveau sculpture qui se réfère aux années 90 (début 2000) de GW. Côté rétro pas forcément désagréable.

En espérant que ce petit article vous aura plu, fait découvrir ou redécouvrir l’univers des Guerriers du Chaos et pourquoi pas donné envie de monter une armée.

Tags: , ,

About Cédric Lacroze

Collectionneur et joueur de nombreuses armées à Warhammer, il réside actuellement au Japon et nous parle de la figurine en terres nippones. Aime le Foot, le vélo, les jeux vidéos et la figurine. (Rédacteur en 2012)