[Rétrospective] Seigneur de Nurgle V2

Accéder à la première Rétrospective. 

Retour sur la figuirne désormais légendaire du monde de Warhammer : Le Seigneur de Nurgle. Plus d’un an après sa sortie, le gros-bide reste un personnage crève coeur.

*

Cette version de Adrien Leloup a été récompensée par une seconde place au Games Day Français. Malgré la simplicité de sa peinture, la figurine séduit par son traitement général et efficace des lumières. En vrai, la figurine captive par son atmsophère et notre regard se porte sur l’ensemble de la figurine. L’oeil sur l’arbre accentue l’univers très mystérieux dans lequel évolue le personnage, et fait figure de bel écho à un casque lui est aussi très étrange.

*

Maxime Pastourel a réussi à intégrer la figurine dans son armée de Plaguebones, et en tire une  puissante version futuriste.  La peinture du ventre répond particulièrement bien aux couleurs de l’armure.

 

Thomas David en a tiré un personnage très sanglant et très repoussant, qui n’est pas sans rappeler le Grand immonde de Matt Cexwish. Le réalisme de la peau et de ses vers est presque dérangeant, et les plaques d’armures représentent un travail de peinture particulièrement fin. Une version originale.

*

David Waeselinck a complètement transformé la figurine pour en faire un héros de l’Empire ! Son nouveau personnage colle finalement très bien aux traits de la sculpture d’origine et présente une peinture se voulant aussi belle que réaliste.

*

La pièce de Alexandre Vallet présente des couleurs qui s’harmonisent très bien entre elles, et franchement innatendues sur cette figurine. Le mélange vert-orange-violet permet, en plus de nous étonner, de très bien découvrir les volumes de la sculpture. L’ajout d’une langue lui apporte d’ailleurs un côté taré. Excellent !

*

Sous les pinceaux de Stephan Kochowski, la figurine a pris des couleurs très intenses. Si on peut être dérangé par la tête de la figurine, on appréciera le visage prenant place sur le ventre. Une excellente idée qui fait passer le bide comme point focal de la pièce.

*

Avec un socle très fourni, la version de Cyril Carlier nous invite à découvrir le personnage dans un univers sombre et dangereux. Les teintes pastels en font une version novatrice, et la composition du socle met en avant un sentiment de solitude.

*

Mi rose mi bleue, cette mise en couleur décalée fait passer le Nurgleux pour un guerrier du Chaos plus sévère. Le socle est très réussi, on dirait que les yeux cherchent quelque chose.

 *

Jean Marc Brisset en a fait une version riche en couleurs, servie par un haut niveau technique et une transformation légère mais pertinente.

*

Une ses seules versions présentant un effet d’osl, et qui ici met vraiment en les parties clés de la sculpture. On appréciera le petit corbeau sur l’épaule façon pirate.
La célébrité de la figurine explique peut-être l’édition par Games Workshop de Festus la Sangsue, un nouvel héros de Nurgle très ressemblant. On retrouve des volumes similaires mais la pièce, beaucoup trop surchargée, ne connaîtra  sans doute pas le même succès.

Parmi les 10 version présentées ci dessus, laquelle préférez vous ?

About Cyril Tuloup

A lancé le site en février 2011, aime depuis toujours les figurines et les montagnes. Nourri par la Nature, l'art et l'alpinisme, Un monde de petits bonshommes partage les joies de la création et de l'aventure.