« Mes Figurines Préférées » n° 03 | Alexandre Dumillard

Dans une démarche inspirée par l’émission Ma scène préférée du site AlloCiné, nous invitons des peintres, sculpteurs et blogueurs venus nous parler des pièces à l’origine de leurs passions. Des chocs esthétiques qui ont radicalement changé leur manière de peindre aux coups de coeur les plus personnels, nous découvrons ensemble ces petits trésors de la figurine.

IMG_5468

Fondateur du Manufactorum, Alexandre Dumillard est un jeune  figuriniste connu sous le pseudonyme de Alskayer. Particulièrement investi dans l’univers de Warhammer 40000, il sait apporter de la profondeur et des couleurs à des personnages évoluant dans un monde de guerre. Très ouvert, il s’intéresse à l’ensemble de la figurine et réalise également des travaux pour une école d’art. Entre son laboratoire et son usine, vous risquez de croiser le chemin de nombreux Xenos et Space Marines, le tout  au mileu d’une cité de cathédrales en ruines.

IMG_5423 Alskayer-Barkahran (7)

 →  Sabre de Feu & Seigneur de Nurgle monté, créations de l’invité.

« Quand Cyril m’a contacté il y a quelques semaines pour me proposer de participer à sa série « Mes figurines préférées », j’ai été très touché d’une part, car j’ai beaucoup apprécié les deux premiers articles, et honoré d’autre part, car je n’ai absolument pas le profil ni le niveau des deux premiers interviewés. C’est d’ailleurs cela qui m’a motivé, l’aspect «challenge» de la rédaction de cet article. Montrer que quelque soit notre personnalité ou notre niveau, on a tous des figurines qui nous ont inspirées, qui nous ont poussées dans le hobby, et d’autres qui nous font encore rêver et encore progresser aujourd’hui.

Etant tout autant intéressé par la sculpture que par la peinture, il m’a été difficile de choisir entre peinture, sculpture et conversion,  chacune à leur façon source d’inspiration. Cependant, ayant commencé il y a quelques mois une réflexion sur la peinture, et notamment sur la peinture d’exposition, il m’a semblé plus opportun de montrer quelques figurines de peintres qui m’ont marqués, chacune à leur niveau, et qui font aujourd’hui partie des mes sources d’inspiration.

Mentor Kroot, par David Waeselynck (2005)

 OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Cette première figurine me donne un petit coup de vieux, car n’ayant que vingt-trois ans, ceci me ramène quand même presque dix ans en arrière. Je me souviens d’avoir trimbalé le White Dwarf n° 135 dans mon sac pendant des journées entières, pour pouvoir me gaver à tout moment des images du super palmarès du Golden Demon 2005, dans lequel apparaissait notamment cette figurine (j’ai d’ailleurs ce WD à côté de moi au moment ou j’écris ces lignes…).

mentorkrootfullrepent3-287d8

A mes yeux, cette figurine était (et reste toujours un peu…) géniale. Il y a d’abord un petit coté émotionnel, le coté « Predator » ne me laissant pas indifférent. J’aime beaucoup la précision de la conversion, mais il y a aussi tous les petits détails qui rendent le personnage et son contexte vivants et narratifs : la peau de tyranide, les trophées, l’anneau, le fusil, l’oiseau…

Enfin le choix des couleurs, qui me séduit aujourd’hui toujours autant. Le choix des teintes ocres-oranges et violettes, qui sortent de l’ensemble et attirent instantanément le regard (astuce qui marchait terriblement sur moi à l’époque), et permettent de compléter la palette pâle un peu terne, en la rehaussant sans la fausser.

« Cadian’s End », par Victoria Lamb (2004)

Victoria Lamb-Cadian's end (2)

Une seconde figurine que j’affectionne particulièrement, en tant que grand fan et collectionneur de la Garde Impériale, est le duel «Cadian’s End», de Victoria Lamb. Ce diorama est impressionnant par l’atmosphère angoissante qui s’en dégage (là aussi très SF), et notamment par le choix des couleurs. La scène est baignée dans la lumière verte de l’auspex, et l’oeil est du coup attiré par toutes les pointes de rouges  (plaies, sang, diodes, yeux du lictor…) qui sont tout autant de points de tension dans la scène.

 Victoria Lamb-Cadian's end (1)

Ici, la peinture n’est pas exceptionnelle, mais elle montre bien que la simplicité est l’une des meilleures armes de l’efficacité. «The Rescue of Sister Joan» est un autre de ses dioramas, dans lequel Victoria Lamb gère la pose de la lumière en maitresse du genre. Si vous ne connaissez pas, je vous invite à découvrir cette artiste, autant ses peintures que ses sculptures d’ailleurs… 

 « Aerobase », par Aliaume Chapelle (2010)

 Aliaume Chapelle-Aerobase (4)

Alors je fais une petite entorse aux règlement de Cyril, car ici je ne présente pas une figurine, mais un diorama. Mais je me justifie, car je suis arrivé dans l’univers de Warhammer et autres wargames par le diorama historique. Mon père et mon frère étant passionnés d’Histoire et surtout de la Seconde Guerre Mondiale, il n’était pas rare que nous passions des vacances à ratisser les plages du débarquement, visiter les musées et les mémoriaux… dans lesquels je passais des heures à regarder les dioramas. Le « virus » m’est arrivé comme cela.

 Aliaume Chapelle-Aerobase (1)

L’instant mélo étant passé, voici le pourquoi du comment de cette figurine : Etant un (p)artisan de la rouille, comme j’aime à le dire, je n’ai jamais pu rester insensible face à ce diorama. En plus d’apprécier beaucoup le travail de composition d’Aliaume Chapelle (bourrée de détails, de subtilité, de pertinence… un régal !) et d’avoir pu voir en vrai certaines de ses réalisations (il est super sympa en plus), je suis un fan ultime de ses travaux sur l’usure, quelle qu’elle soit.

Dès que je peux mettre un peu d’oxydation, je le fais, et ce diorama est un excellent condensé de tous les types d’oxydation, d’usure, de rouille, de coulures, de taches et de traces possibles et inimaginable. Bref, une source d’inspiration intarissable…

Tomb King, par David Soper (2011)

David Soper-Tomb King (3)

J’ai découvert cet artiste il y a un environ deux ans, lorsque j’ai commencé mon blog, et donc bien vaqué sur les blogrolls des copains. Et je suis alors tombé sur le blog de David Soper, illustrateur et graphiste et, accessoirement, gagnant de la Slayer Sword 1990. En me baladant régulièrement sur son blog, un jour je tombe sur son «Roi des Tombes». Et là, j’ai pris une baffe. J’ai été confronté à une figurine avec des fondus d’une maitrise parfaite, et une précision à la limite de l’effronterie. C’est l’un de ceux qui m’a fait acheter mes premiers poils de martre…

David Soper-Tomb King (2)

David Soper-Tomb King (4)

J’ai beaucoup de plaisirs à regarder ses figurines, et plus j’avance dans mes réflexions sur la peinture de figurines et mes premiers pas dans la peinture d’exposition, plus je comprends pourquoi. Spontanément, j’utilise les mêmes associations de couleurs : utilisation des ocres à outrance, beaucoup de beiges et de turquoise… Bref, là aussi une source d’inspiration permanente.

Hagard & the Faerwyrd, par Mikko Luoma (2012)

 BLANCHEILLu

Cette figurine, d’un hobbyiste Finlandais du nom de Mikko Luoma, est un peu particulière car elle est mon coup de cœur d’un univers qui me tient à cœur : Inquisitor. Créé par des fans absolus, les membres du groupe « INQ28 » (dont fait partie John blanche, soit dit en passant…) ont pour vocation de faire « revivre » le jeu Inquisitor à l’échelle 28mm. La galerie  Blanchitsu qui passe dans le WD depuis quelques mois montre quelques unes des plus belles réalisations de « INQ28 ».

Mikko Luoma-Hagard & the Faerwyrd (2)

Et si l’un des membres montre un travail chargé d’une véritable passion, c’est bien Mikko Luoma. Vous avez peut-être aperçu ses figurines sur le web, ou ses décors pour les Inqvitational, leurs rassemblements de jeu.

Ce qui me plait le plus dans cette figurine, outre le travail de conversion sur notre Seigneur de Nurgle international, c’est l’amour de Mikko Luoma pour le travail de John Blanche, qui se voit au premier coup de pinceau. Mais plus que cela, c’est aussi de voir que cette passion pour Inquisitor l’a poussé à aller jusqu’à réaliser des portraits de ses personnages dans le style de Blanchitsu. Et même leur écrire un background, ici Hagard et son fusil, the Faerwyrd.

Mikko Luoma-Hagard & the Faerwyrd (4)

Et c’est ce genre de choses que je trouve merveilleuse dans le hobby, c’est d’en être passionné au point que l’on dépasse l’univers de la peinture pour aller vers d’autres médiums permettant de s’épanouir d’autant plus.

Le Celtic SF Torin Mech, par Rodion Rubin (2013)

 Rodion Rubin-Celtic SF Torin Mech (2)

Le dernier, bien plus récent, est le Torin Mecha de Rodion Rubin. Ce n’est pas une de mes figurines préférées, mais un vrai coup de cœur niveau peinture. Deux choses me bluffent totalement sur cette figurine : le travail des dorures, qui est d’une très belle exécution, mais surtout, surtout, ses trompe-l’œil sur la peinture écaillée qui sont superbes…

Rodion Rubin-Celtic SF Torin Mech (1)

Ca me ramène à mes études d’histoire de l’art, à regarder ce genre de détails faits à la peinture à l’huile sur de grandes toiles, et ca m’a étonné de voir ces principes appliqués à la figurine. Comme quoi il faut vraiment savoir piocher des techniques partout ! C’est aussi ça la figurine, avoir envie de se dépasser à chaque fois grâce à des claques visuelles, et essayer sans cesse pour progresser. 

Le mot de la fin :

Il n’y a pas de secrets, pour progresser, il faut peindre. Mais il est une chose encore plus importante que de peindre : c’est de se faire plaisir en peignant. Et pour cela, n’hésitez pas à prendre une figurine qui sort de votre quotidien (ex : un Skaven si vous faites de la Garde impériale) et peignez sans vous donner de contraintes, et en essayant toutes les techniques qui vous passent par la tête ! Et ne craignez rien, si la figurine ne vous convient pas, vous trouverez toujours un produit dans lequel le faire tremper pour recommencer…

Ce challenge de rédaction a été un exercice très agréable à réaliser, car cela m’a permis de faire un travail de recherche et de réflexion sur les figurines qui m’ont vraiment touchées et qui m’ont fait évoluer dans le hobby. C’est un exercice que je conseille à tous, car c’est toujours agréable de trouver un prétexte pour regarder de nouveau les figurines qui nous plaisent tant… En vous remerciant de m’avoir lu et, n’oubliez pas : c’est en peignant qu’on devient peigneron ! »

Historique des Invités :

Tags:

About Cyril Tuloup

A lancé le site en février 2011, aime depuis toujours les figurines et les montagnes. Nourri par la Nature, l'art et l'alpinisme, Un monde de petits bonshommes partage les joies de la création et de l'aventure.