[Rétrospective] Slayer Swords 2013

Faisons le tour du célèbre concours de peinture pour découvrir ensemble les grands vainqueurs de l’année. Suite à l’annulation des Games Day dans plusieurs pays, le nombre des Slayer Swords se divise par deux.  Retour donc sur quatre oeuvres de la figurine !

États Unis – Tom Ales

tomasles

Traversons tout d’abord l’Atlantique pour nous rendre à Memphis, ville d’accueil du premier Golden Demon de l’année. C’est une énorme machine de guerre Orc qui a su s’imposer face au jury. On remarque immédiatement la lumière qui se dégage du masque. Qu’est ce qui peut bien se cacher derrière ? Un énorme diamant d’énergie pour faire fonctionner l’engin ?

AGamesday2

Ce Golem de pierre, fabriqué par une tribu d’Orcs et de Gobelins, vise davantage à  effrayer les ennemis qu’à répondre à une véritable efficacité. Très lent et maladroit, il déclenchera pourtant une vraie frousse à ses ravisseurs en plein milieu de la forêt. Le style de la peinture révèle presque une ambiance de nuit, où ces petits monstres verts viennent piller les camps. On apprécie l’esthétique de la création, qui en  divulgant les orcs dans un second plan, met en évidence le masque en bois. Un masque qui au premier regard ne donne pas d’information immédiate sur son peuple, laissant alors l’ennemi en proie au doute et à l’incertitude. Une machine de guerre gobeline dans toute sa splendeur, l’art absolu du recyclage, où d’énormes pierres se mêlent à des lames de métal rouillées et du bois. On apprécie une peinture qui, à l’opposé du sujet, se montre douce et soutenue.

Allemagne – Roman Lappat 

Agamesday4

Après avoir quitté le continent Américain, déposons nos bagages en Allemagne au milieu du mois d’août. C’est alors que le grand singe des Massive Voodoo, Roman Lappat, vient de terminer un vrai exploit du monde de la figurine. Il vient d’achever un gigantesque diorama qui aura occupé ses journées d’été sous la canicule, période où un figuriniste désire en temps normal tout sauf peindre ! Cette aventure fut relayée au travers de nombreux articles sur leur site Internet, et le plaisir de là suivre fut immense.

AGamesDay3

Représentant une ruche de Tyranides à l’assaut des troupes de l’Empereur, la scène génère tout d’abord une angoisse. Car le regard se pose en premier là où il y a le plus de figurines, à savoir la partie horizontale. On y découvre alors des Space Marines en train de se faire dévorer vivant, ce qui déclenche en nous une vraie crainte de ces créatures qui ne cessent d’ accroître. Puis l’oeil suit la composition et se lève pour retrouver espoir, devant ce héros à l’armure doré et aux ailes rappelant la figure de l’ange. Deux sentiments bien distincts se produisent alors, et celui du bien l’emporte. C’est comme si ce diorama captait, au milieu d’un gigantesque champ de batailles, un moment précis de l’affrontement. Le personnage ailé incarne un symbole et la guerre semblerait gagnée s’il parvenait à s’en sortir. Si l’esthétique du diorama est critiquée pour son manque de clarté, le peintre a su sortir de notre perception habituelle seulement centrée autour du plaisir. Le diorama ne comble pas les attentes de l’agréable, mais dévoile un sens épique puissant, où les signes nous impliquent profondément dans le sujet.

Angleterre – David Soper

Finisheddio1l

Remontons dans la nord et faisons un tour en Angleterre pour s’imprégner des travaux de David Soper. Ce peinture connu sur la toile pour son site Sproket’s Small World a remporté la Slayer Sword avec un diorama représentant trois Eldars Noirs. Les teintes et le décor viennent créer une atmosphère inédite où des couleurs habituellement chaudes deviennent froides. Quelque chose de nouveau se manifeste au travers de ces trois personnages, ils dévoilent un caractère mystérieux.

AGamesday

Le socle nous indique un monde de guerre où les trophées sont empilés. Ces colonnes sont comme l’entrée d’une cité où serait installé l’armée, et ces trois créatures ailées là quitteraient pour partir en éclaireurs. La position des personnages nous fait comprendre que la scène se passe avant l’affrontement, mais qu’ils sont habitués à revenir avec les têtes découpées de leurs dernières victimes. La neige et les stalactites contribuent à l’étrange atmosphère de ce monde qui nous intrigue. Une vraie plongée dans l’imaginaire et ses températures.

Italie – Martin Goumaz

ASlayersworditalie5

La saison s’est clôturée au pays en forme de botte. C’est le Suisse Martin Goumaz qui remporte le concours avec son Squelette des Comtes Vampires. Si depuis plusieurs années, la majorité des Slayer Swords sont décernées à des dioramas ou des figurines de monstre, c’est avec une figurine d’origine très simple que le peintre nous a conquis. D’une grande puissance visuelle, le squelette porte en lui une ambiance singulière qui se mêle parfaitement à l’esthétique des Comtes Vampires. Il avance de nuit, dans les étendues d’une neige angoissante, au milieu de la pleine lune comme l’indique son étendard.

ASlayersworditalie

Du point vue de la couleur et de la lumière, on se retrouve avec le genre de figurines qui imprime en nous une beauté étourdissante. Si l’excellent contraste bleu-orange a souvent été expérimenté dans le passé de la figurine, il atteint ici un stade de perfection atmosphérique. Ce sont ces petites touches de couleurs qui illuminent un sujet lugubre, où la nuit se ressent comme jamais. Le cri du guerrier perce une brume silencieuse, la nature nous laissant pour seule réponse l’inévitable mort, qui finira bien par venir nous chercher. Peu de figurines sont parvenues à saisir avec autant de simplicité ce niveau d’ambiance.

Accéder aux anciennes rétrospectives : 

Et vous, quelle est votre pièce préféré parmi ces quatre beautés ? :)

Tags:

About Cyril Tuloup

A lancé le site en février 2011, aime depuis toujours les figurines et les montagnes. Nourri par la Nature, l'art et l'alpinisme, Un monde de petits bonshommes partage les joies de la création et de l'aventure.