[Rétrospective] 10 Films pour 2014

Grande source d’inspiration pour mener nos recherches et notre existence, le Cinéma continue de produire chaque semaine son portail culturel. Retour sur les meilleurs films de l’année, à découvrir ou à revoir.

10. La Vie rêvée de Walter Mitty – Ben Stiller

la-vie-revee-de-water-mitty-ciritque-film

Sortit le 1er janvier de cette année, le nouveau film de Ben Stiller est une superbe aventure aux côtés d’un reporter photos. L’histoire regorge de bonnes idées et de scènes drôles, et nous laisse une énergie infinie. Derrière les apparences décomplexées, les scènes cocasses, le film instaure en son spectateur un regard profond sur lui-même, sur l’état de sa vie et de ses rêves. Idéal pour commencer une année, il posera les mêmes questions aujourd’hui : où en sommes-nous ? Qu’attendons nous ?

9. La grande Aventure Lego – Phil Lord & Christopher Miller

19539584_20131104133725698.jpg-c_640_360_x-f_jpg-q_x-xxyxx

La surprise du début d’année ! La Grande Aventure Lego est un film d’animation complètement déjanté autour de nos jouets d’enfance. On se marre tout le long de l’aventure, qui par une série de gags bien calculée ne lasse jamais. L’énergie qui s’en dégage est unique, et même s’il s’agit d’un film publicité, il guérit de tout cafard.

8. Le vent se lève – Hayao Miyazaki

le_Vent_se_Lève_07

Le maître Japonais quitte le cinéma en tissant une dernière histoire : celle d’un homme qui résiste pour vivre. Une beauté arrive à éclore des événement qui se lèvent contre les hommes, et une harmonie s’instaure entre ciel et terre. Les ailes pour voler sont en nous, l’espoir reste le pilier du monde

7. Real – Kiyoshi Kurosawa

get.do

Une entrée glaciale dans l’esprit d’une illustratrice, une aventure dans le coma et l’inconscience. Le film nous conduit d’abord devant nos propres peurs puis questionne notre vie. Une phrase magnifique viendra nous intérroger sur notre existence pré-natale « J’ai le sentiment, que nous nous aimons depuis toujours ». Le mystère de l’être humain soulevé au grand jour, sans réponse mais baigné de lumière.

6. 12 years a Slave – Steve McQueen II

MCDTWYE FS008

Après Hunger et Shame, le brillant cinéase Steve Mc Queen livre un lourd film sur l’esclavage. Suivant une histoire réellement vécue, il retrace l’existence de Solomo Northup, passé du jour au lendemain d’homme libre à celui d’esclave. Les scènes où l’homme court, tente de s’enfuir, mais échoue enfermé dans la plantation, rongent l’espoir que chaque spectateur garde en lui. Le mal dévore les hommes et Solomon survit avec une lutte et une patience hors du commun. Un plongeon brisant dans l’Histoire.

5. Maps to The Stars – David Cronenberg

e0602e8c-a7b2-4d18-b1c8-f17d07c87471

David Cronenberg revient avec encore plus de folie et nous entraîne dans un Hollywood en flammes. Derrière le succès et le célébrité des personnages se cachent les plus grandes déchirures. Le cinéaste mène un récit captivant du début à la fin, et parvient à nous repousser et nous attirer envers les attitudes humaines les plus étranges. La question de la liberté devient centrale et dresse le film au rang d’un poème crépusculaire. Le cinéaste ose, mesure, développe, et laisse ses acteurs découvrir toujours plus loin leurs personnages psychotiques et cinglés.

4. Winter Sleep – Nuri Bilge Ceylan

o-WINTER-SLEEP-facebook

Monumental dans ses dialogues, angoissant dans ses paysages, le film qui a reçu la dernière Palme d’Or porte en lui tout ce qui nous déstabilise dans la nature humaine. De longs plans séquences dévoilent la complexité mentale de chaque personnage, auxquels nous pouvons facilement nous reconnaître. Winter Sleep est une expérience sur nous et rentre dans les sujets les plus sensibles. Tout le monde a raison et tort à la fois, personne n’est serein en lui-même. Le réalisateur instaure le long froid d’hiver dans son récit, le Monde semble destiné à geler et à mourir sans explications.

La question pertinente qu’il soulève, au sujet du « mal auquel il ne faut pas s’opposer », enrichit de manière philosophique le film, qui devient passionnant. Nos affects sont également décapités sur place avec l’image de l’argent qui brûle : l’émotion de notre visage nous traduit tel que nous sommes, humains face à l’argent, odieux envers autrui.

225871

Mais Winter Sleep est parfois tellement drôle que vous avez envie de rire : les hommes sont condamnés à s’engueuler, à vouloir que les autres vivent sous leur propre complexion. À voir sans attendre, car même si certains s’impatienteront sur leur siège, il y a beaucoup à apprendre de nos vices et orgueils.

3. Gone Girl – David Fincher

gone-girl-DF-01826cc_rgb.jpg

Le réalisateur du sublime Millenium revient avec un nouveau Thriller.  Avec toujours plus d’originalité, il crée une œuvre inédite qui ne se repose sur aucun laurier. Les structures de la société et le mariage entourent l’intrigue et conditionnent le malheur des hommes. La noirceur générale de l’histoire, l’hypocrisie des classes sociales supérieures, le tyrannie de la photo et du numérique, sont autant de thèmes que le cinéaste parvient à nous présenter sur un plateau. Son art n’a pas beaucoup changé depuis Fight Club : une idée dans chaque plan. Nous sommes laissés libres devant tous les évènements de l’histoire : c’est notre monde qui nous est présenté, si quelqu’un doit l’analyser et le regarder, c’est bien nous.

2. Interstellar – Christopher Nolan

Interstellar astronauts explore new planet

Interstellar nous prévient de l’avenir avec une humanité sur le point de disparaître. Les plans, les musiques et les mouvements de caméra façonnent une ambiance de destruction. Les hommes ne sont pas seulement en ruine matériellement, c’est leur nature même qui est en train de se détruire. Le nouveau film de Christopher Nolan va contre les attentes : au lieu de construire un émerveillement devant l’espace, il nous l’offre de la façon la plus réaliste possible, sans illusion. Ainsi le film nous capture dans son filet et nous éjecte dans l’espace et donc dans nous-même. Aucune raison de se sentir à l’aise ou reposé après un tel film, vous aurez plus envie de crier. Le cinéaste frappe fort et tape là où l’homme est le plus vulnérable : dans son désir de tout comprendre, qui se solde toujours en échec.

1. Le conte de la Princesse Kaguya – Isao Takahata

le-conte-de-la-princesse-kaguya-kaguya-hime-no-monogatari-25-06-2014-25-g

Je vous met au défi de trouver une plus belle histoire, une plus belle peinture, que le Conte de la princesse Kaguya. Oeuvre ultime de Isao Takahata (le Tombeau des Lucioles), le film d’animation nous transporte avec son aquarelle dans la beauté de la nature Japonaise. Le début du film nous émerveille avec un groupe d’enfants qui marchent dans la forêt et chantent leur amour de la vie. L’histoire devient ensuite de plus en plus sombre et mouvementée, et viens chercher en profondeur ce qui rend un être humain heureux. Takahata cherche la sagesse, là trouve et là partage. Le poème du générique est bien plus fort que vous. Nous sommes ramenés à l’essentiel, dépossédés de nos acquis, nu devant le monde.

Et vous, quels sont les films que vous avez préféré en 2014 ?

Tags:

About Cyril Tuloup

A lancé le site en février 2011, aime depuis toujours les figurines et les montagnes. Nourri par la Nature, l'art et l'alpinisme, Un monde de petits bonshommes partage les joies de la création et de l'aventure.