[Tuto] Escalade naturelle dans les Arbres (2/3)

gk imagesbranche-d-arbre-n2

Maintenant que nous avons classé les arbres, intéressons-nous au cas de la pratique ! Comment monter sur les branches ? De quelle façon progresser jusqu’au sommet ?

 

2988338943_1_5_VuUkQvfA

− Première partie : Classification des Arbres.

− Deuxième partie : Techniques de Progression.

− Troisième partie : Démonstrations Vidéos & Philosophie (Samedi 20 juin)

Deuxième partie : Techniques de progression

DSC00375

Première Étape : Se préparer

La tenue

Il faut une tenue adaptée avant de se lancer dans un arbre. Évitez bien sûr vos beaux vêtements, au risque de les salir et qu’ils deviennent tout vert au contact de la mousse. L’arbre laisse des empreintes et il vous faut des vêtements souples qui vous mettent à l’aise. L’hiver, un jogging et un pull fin feront l’affaire. L’été, choisissez tout simplement un short et t-shirt, mais toujours souples.

Concentration optimale

Une fois que vous serez dans l’arbre, il arrive que des gens vous déconcentrent. Ne leur portez aucune attention, ne leurs répondez pas, que ce soient des reproches, des insultes, des éloges. Vous pourriez faire une mauvaise manip’ ou un mauvais pas. Restez focalisé sur votre progression et le but à atteindre.

memoire_concentration_diete-2

Échauffement

02-stock-illustration-14338856-man-on-ground-stretching05-stock-illustration-13570049-gym-exercises-silhouettes-female-copy-2

Ensuite, échauffez-vous ! L’étirement est indispensable avant de se lancer dans des arbres difficiles. Votre corps doit impérativement être préparé, car vous pourriez sentir le déclenchement d’une crampe et perdre l’équilibre. Ceci arrive particulièrement dans les muscles ischio-jambiers situés sous les fessiers. Les étirements vous seront également précieux pour lever haut les pieds. N’oubliez pas vos épaules qui sont très sollicitées. L’échauffement tient une importance capitale dans tous les sports, car il permet à votre organisme de se préparer doucement à l’effort consentit. Ses bénéfices ne sont pas seulement physiques mais aussi mentaux.

Deuxième Étape : S’adapter à l’environnement

environnement-100

Lecture d’un arbre

Identiquement à la lecture d’une voie d’escalade, un arbre demande à être lu. Vous devez repérer les prises et le cheminement à suivre, les branches qui sont cassées; celles qui vous serviront de point de repos. Soyez vigilants, car les branches usées ne sont pas toujours visibles. Avant de placer un pied ou une main, observez toujours votre point d’appui dans son ensemble, jusqu’à son extrémité. Ce travail de lecture sollicite : imagination, mémoire, anticipation.

Le départ – Manœuvres du corps

flag-depart

Il s’agit de monter dans l’arbre et de vous y déplacer ! En fonction de l’espacement des branches, ainsi que du type d’arbres, le départ peut être facile, ardu ou technique. Lorsqu’elles sont plus hautes que votre tête, les prises vont demander un travail de blocage des mains, puis de gainage pour pouvoir monter les pieds dans l’arbre. Et enfin un travail d’équilibre, car il s’agira de vous redresser, par des mouvements qui se rapprochent souvent de l’escalade de type Bloc.

arbreWL

Les longeurs 

Maintenant que vous êtes engagés dans l’arbre, il faut poursuivre l’ascension. Montez toujours les pieds avant de lever les bras. C’est un point important, car si vos bras sont levés au dessus de votre tête, votre rythme cardiaque s’accélère. Faites attention aux zones glissantes des branches, ainsi posez toujours vos appuis le plus près possible du tronc. Pour les mains, engagez la plus grande partie possible de votre paume, afin d’augmenter votre adhérence. Elles ne doivent jamais déraper. Vérifiez régulièrement l’état des branches et prenez votre temps. Bougez sans cesse l’inclinaison de votre bassin pour libérer votre corps et soulager vos cuisses dont les quadriceps sont souvent en tension.

etirer-quadriceps

Face aux passages les plus difficiles de l’arbre, reportez-vous aux techniques de sangles. Tant que vous pouvez monter à main nue, continuez ! La musculature humaine étant très adaptée à ce type d’effort physique, vous pouvez vous permettre de tirer un peu sur les épaules pour monter plus haut. Mais analysez en permanence votre continuité, c’est à dire votre capacité à enchaîner les mouvements sans vous fatiguer. Gardez les bras tendus le plus longtemps possible, et faites attention à toute crampe pouvant survenir dans les cuisses, les mollets ou même le dos. L’échauffement avant le départ est vraiment indispensable.

mousse sur branche d'arbre

Quand les branches autour de vous sont suffisamment grandes et larges, appuyez-y le bassin ou même les fessiers pour récupérer. Mais évitez de vous asseoir, votre rythme serait coupé et vous auriez du mal à repartir. Gardez toujours votre calme et contrôlez-vous lorsque vous avez du mal à trouver les bonnes prises et les bons appuis. L’escalade est avant tout un travail psychologique. Baissez régulièrement vos bras au niveau de la poitrine ou plus bas afin de récupérer rapidement.

dyn004_original_1627_1138_pjpeg_38209_88f9a6b429631e6cb8c711bc45e227fe
(→ le bassin, son orientation est très importante en escalade.)

L’escalade dans les arbres exige une grande concentration. Vous devez surmonter des passages, doser votre poids et adhérer aux reliefs des branches. Vous pouvez rencontrer des ressauts, des passages durs, demandant de grands pas, des écarts, des pivotements, des torsions, des équilibres précaires, des changements de pied etc. Toute cette gestuelle vous permettra d’acquérir une nouvelle connaissance de votre corps. Ce travail d’apprentissage fait appel à votre patience et votre énergie.

images (1)

Le sommet

Posez vous la question : puis-je atteindre le sommet ? Les arbres deviennent de plus en plus fragiles en montant, les branches se rétrécissent. Sur certains arbres, il n’est même pas la peine de réfléchir à la manière d’atteindre le haut, car ils sont beaucoup trop fins. Dans ce cas, ce n’est pas grave, vous pouvez déjà être fier de votre progression. Certains arbres vous permettent d’atteindre leur sommet avec plus ou moins de facilités. Pour les parties délicates, les sangles sont de grands alliés. Elles permettent de fixer des points d’appuis sur des branches certes petites mais qui demeurent solides proches du tronc. Progressez lentement et en restant lucide. La validation d’un arbre en atteignant son sommet est le résultat d’un calcul interne et réussit dans votre tête. Ne vous précipitez jamais et pensez toujours aux difficultés de la descente. Demandez-vous : puis-je redescendre ce passage difficile ? Si je continue, est-ce que je risque de casser l’une des branches ? Anticipez sans cesse l’avenir !

Troisième étape : revenir sur Terre.

La descente

Arbre automne #13

On redoute souvent la descente en escalade, car elle a tendance à vous emporter. Mais il faut la démystifier, comme le suggère le grimpeur italien Cesare Maestri : « On a toujours dit en escalade que descendre était plus facile que monter. Je ne suis pas d’accord. Il est plus facile de retenir son poids que de le monter !» Pour bien descendre d’un arbre, observez chaque prise de pied avant de vous appuyer dessus. Si vous ne regardez pas vos prises pour évaluer la solidité des branches, c’est que vous descendez mal.

Il faut descendre les bras régulièrement, alterner entre accroupissement et corps tendu. Lorsque vous descendez une jambe en dessous alors que l’autre se plie, vos quadriceps sont à nouveau très sollicités. Vous devez être suffisamment préparé pour l’arbre que vous choisissez. Si la re-descente paraît trop physique ou compliquée, ne vous engagez pas à la montée. Des passages faciles à grimper peuvent se révéler durs à la descente, car les positions sont modifiées. Vous devez être sûrs de vous. C’est avant tout l’esprit qui travaille et ordonne le corps !

 SAM_2554

Effectuez des gestes calmes, et si vous sentez qu’un mouvement ne passe pas, remontez un peu, soufflez et détendez-vous en inspirant. Attendez que les idées viennent, soyez ingénieux. Retenez vous aux branches avec les bras, toujours avec une bonne surface de contact entre vos mains et l’arbre. Équilibrez vous avec le tronc principal, découvrez toutes les possibilités offertes par la structure de l’arbre ! Souvent il suffit de quelques secondes avant de trouver la solution. Paniquer est toujours une erreur.

écureuil sur un tronc d'arbre

Escalader les arbres, c’est déjà devenir un acrobate. Portez sans cesse une attention aux angles de répartition de votre poids. Ne tombez jamais dans l’excès de confiance, travaillez à chaque instant votre précision et votre sécurité. Sur des conifères, il arrive de rencontrer de nombreuses brindilles qui cassent sous votre progression. Cela est normal car votre corps prend de la place sur l’arbre. Ne vous faites pas déconcentré par le bruit de ces ruptures, soyez attentif à vos mains et pieds, garants de votre sécurité.

Techniques de Repos

· Bloquer une cuisse sous une branche
· Tendre les bras
· S’accroupir / S’asseoir sur une branche solide
· Baudrier de fortune (sangle autour de la taille)
· Retrouver l’énergie avec un travail psychologique

Récupération & état d’esprit

55072183

Une fois descendu de l’arbre, il convient de se reposer cinq minutes avent de se lancer vers le suivant. Vérifiez si vous avez bien récupéré tout le matériel utilisé. Poursuivez votre séance tant que vous n’êtes pas fatigué, que vous pouvez grimper et descendre en étant vigilant. Emportez toujours des sangles lorsque les branches sont éloignées et lisez toujours les arbres depuis le sol. Faites vous plaisir et privilégiez les critères esthétiques, ainsi que les arbres qui correspondent le plus à votre personnalité. Ne tombez pas dans l’excès d’en faire trop et ne grimpez pas pour épater vos amis. Votre progression doit se faire crescendo. Enfin, votre état psychologique est primordial. Vous devez être en parfaite santé dans votre tête. Des jours sans sensations peuvent exister. Soyez attentif à votre état mental et apprenez à dire non lorsque c’est nécessaire.

Moyens de progression : Escalade Artificielle

L’art d’utiliser les Sangles

anneau-de-sangle-ellipse-tp_1103142059700308354f

Les sangles sont des anneaux de corde plate. Elles s’enroulent autour des branches et remplacent les étriers. Il en existe de différents longueurs. Les plus courantes sont celles de 60 et 120 cm, et certaines arrivent jusqu’à 180 cm. Les plus grandes seront employées sur les arbres où les branches sont très éloignées. En règle général, pour un arbre moyennement technique, l’emploi de 4 sangles, deux de 60 et deux de 120cm, s’avère suffisant. Cependant, vous remarquerez rapidement que les branches des arbres sont souvent très grosses, et qu’il faut rallonger votre sangle par une seconde. Ainsi, lorsque vous entamez un arbre long ou difficile, emportez une dizaine de sangles. Certaines pourraient rester au départ de l’arbre, une autre peut servir à accrocher votre sac à une branche etc.

dyneema

Les sangles sont transportées autour du torse, enroulées entre le cou et les épaules. À partir de dix sangles, elles deviennent encombrantes et peuvent s’emmêler ; gardez celles en réserve dans votre poche ou votre sac à dos. Une sangle positionnée autour du ventre vous servira de baudrier temporaire pour vous soulager un instant lors d’une ascension exigeante (photo ci dessous). Pensez également à récupérer toutes les sangles lors de la montée. La manœuvre n’est pas toujours évidente, car vous aurez parfois un pied dessus. Faites preuves de calme en cherchant une solution.

SAM_2552

Accéder aux branches

Sur des arbres très difficiles, vous devrez concevoir un système d’approche. Entourez par exemple un tronc massif avec plusieurs sangles, et ajoutez-en pour créer vos propres prises de pied (aussi appelées «pédales»). Votre dispositif peut glisser de  quelques centimètres ou plus lorsque vous chargez votre poids. Patience et persévérance vous aideront à franchir ce début compliqué. N’abandonnez pas au premier essai. Cependant, ce matériel ne sera souvent récupérable qu’à la descente, vous devez donc avoir plusieurs sangles si vous rencontrez de nouveaux obstacles dans l’arbre.

SAM_2190

Récapitulatif « Usage des sangles » :

· Accéder aux branches supérieures
· Gagner de la hauteur
· Lancer de sangles (technique du lasso)
· Soulager ses bras, ses épaules, ses mollets
· Répartir son poids
· Sécuriser ses mains

Les-risquess

Sphère de risque acceptable

Comment évaluer le risque d’une escalade ? C’est à vous de déterminer la hauteur où vous montez, l’engagement que vous êtes prêt à accepter. Commencez progressivement et montez les échelons petit à petit. Ne vous lancez pas dans les arbres si vous n’avez aucune disposition pour l’escalade. Le monde des arbres soulève des problèmes techniques et psychologiques enrichissants. Si vous avez de l’imagination, faites là marcher et tracez vos propres voies. C’est un moyen d’aimer ce qui vous entoure. Vous serez surpris des progrès que vous réaliserez en vous investissant.

01branche_cassee

Mon expérience m’a déjà amené à briser deux branches, mais j’étais à chaque fois équilibré par mes autres appuis. Il s’agissait les deux fois d’une inattention sur de grosses branches qui paraissaient solides. Lorsqu’il faut renoncer, si je sens que mon corps ne pourra pas passer ou sera attiré par le vide, je l’accepte. Mais quand je sens que c’est possible de réaliser un mouvement, je procède en trois temps. Le premier est un travail de réflexion dans la tête, j’anticipe la façon dont je vais pouvoir passer. Puis je cherche de bonnes prises de pied. Et enfin je repère de bonnes prises de main. Il n’y a plus qu’à soulever son corps, trouver cette énergie d’aller plus haut.

coniferes_10

Situations à éviter :

· Grand froid (vos doigts se gèleront, votre corps sera endormi)
· Grimper alors que vous êtes épuisé par vos activités des derniers jours.
· Arbre humide/mouillé.

Exemples de moments périlleux vécus :

• Dans un conifère, où je bataillais sévère pour accéder au sommet. Des brindilles cédaient à chaque pas sous mon passage. Je cassa même une branche au milieu de l’arbre, ce qui me rendit la descente plus compliquée.

• Sur un peuplier. Le départ ardu m’avait déjà pris 20 minutes, et je me retrouvais au milieu de l’arbre dans une longueur où les branches étaient très écartées. Je progressais comme dans un dièdre, les jambes écartées sur deux branches éloignées du tronc. Le risque de glisser était assez élevé.

Exemples de beaux moments vécus :

• Arrivée au sommet d’un Cèdre, avec une vue dégagée sur tout un village, par temps chaud.
• Escalade d’un grand arbre dans un parc. Écoute du silence au sommet, puis descente avec les bruits extérieurs qui reviennent peu à peu. Sentiment de revenir au monde.

46481707

La semaine prochaine :

Troisième partie – Techniques et Astuces en vidéos

arbree

About Cyril Tuloup

A lancé le site en février 2011, aime depuis toujours les figurines et les montagnes. Nourri par la Nature, l'art et l'alpinisme, Un monde de petits bonshommes partage les joies de la création et de l'aventure.